Maladie d’Alzheimer : Un cas clinique atypique bouleverse les connaissances

Un adolescent de 19 ans diagnostiqué avec Alzheimer : un cas rarissime qui intrigue la communauté scientifique.

En Chine, un jeune homme de 19 ans a été diagnostiqué avec la maladie d’Alzheimer, devenant ainsi le plus jeune patient connu à ce jour. Ce cas clinique atypique, dépourvu d’antécédents familiaux et de mutations génétiques pathogènes, soulève de nombreuses questions et incite à repenser les paramètres de la maladie.

Des symptômes précoces et une progression fulgurante

C’est à l’âge de 17 ans que les premiers symptômes se sont manifestés, se traduisant par des troubles de la mémoire. La situation s’est ensuite rapidement dégradée, avec des difficultés à lire, à se souvenir des événements du jour et à localiser ses effets personnels. Un an après son premier rendez-vous médical, le jeune homme a rapporté des pertes de mémoire immédiate, après trois et trente minutes. Son score de mémoire globale a été évalué comme étant inférieur de 82% à la moyenne des personnes de son âge, et sa mémoire immédiate chutait de 87%.

Un mystère clinique aux implications majeures

Ce cas extraordinaire confronte les experts à une énigme. L’équipe médicale du centre spécialisé dans la mémoire ayant effectué le diagnostic a reconnu que ce cas « modifiait [leur] compréhension de l’âge typique d’apparition de la maladie d’Alzheimer ». Une étude publiée dans le Journal of Alzheimer’s Disease a confirmé le diagnostic de « maladie d’Alzheimer très précoce sans mutation pathogène claire ».

Absence de mutations génétiques et d’antécédents familiaux

Habituellement, les patients de moins de 30 ans atteints d’Alzheimer présentent des mutations génétiques pathogènes héritées de leurs parents, conduisant à une forme familiale précoce de la maladie. Or, dans le cas présent, aucune mutation n’a été détectée et le jeune homme ne possède aucun antécédent familial de démence ou d’Alzheimer. « Explorer les mystères des cas juvéniles de la maladie d’Alzheimer pourrait devenir l’une des questions scientifiques les plus épineuses de l’avenir », ont souligné les chercheurs.

Ce cas atypique, représentant moins de 1% des cas d’Alzheimer, met en lumière la complexité de la maladie et la nécessité d’approfondir les recherches.

Bouton retour en haut de la page