Genentech résilie l’accord avec Adaptimmune et annonce des réductions de personnel

La société avait initialement versé 150 millions de dollars en espèces à Adaptimmune dans le cadre de l'accord.

Genentech, filiale de Roche, a mis fin à un accord de thérapie cellulaire avec Adaptimmune Therapeutics d’une valeur pouvant atteindre 3 milliards de dollars. L’accord, signé en 2021, portait sur le développement de deux types de thérapies allogéniques à base de lymphocytes T : des thérapies commerciales ciblant jusqu’à cinq cibles et des thérapies personnalisées utilisant des récepteurs de lymphocytes T αβ isolés d’un patient pour traiter le même patient.

Genentech avait initialement versé 150 millions de dollars en espèces à Adaptimmune dans le cadre de l’accord. Depuis lors, Adaptimmune a reçu 35 millions de dollars supplémentaires en paiements d’étape. La résiliation de l’accord prendra effet 180 jours après la notification de la décision, ce qui signifie que les termes de l’accord restent en vigueur jusque-là.

La résiliation intervient alors que Genentech supprime 3% de son personnel et que Roche réduit son équipe de développement de produits

La nouvelle de la résiliation de l’accord Genentech-Adaptimmune intervient peu de temps après que Genentech a confirmé qu’elle supprimait environ 3% de ses effectifs dans « plusieurs départements ». Plus tôt cette année, Roche, la société mère de Genentech, a également annoncé des réductions dans son équipe de développement de produits.

Un porte-parole de Genentech a déclaré à Fierce Biotech que la réduction de personnel était nécessaire pour « transférer des ressources vers les domaines qui, selon nous, peuvent avoir le plus grand impact pour les patients ». La société a également fait savoir qu’elle recrutait activement dans un certain nombre de domaines et qu’elle prévoyait que l’effectif global de Roche resterait stable tout au long de 2024.

Adaptimmune a récemment perdu un autre accord de thérapie cellulaire avec GSK et a supprimé deux programmes internes

La résiliation de l’accord Genentech est un nouveau revers pour Adaptimmune. En avril 2023, GSK a versé 37,3 millions de dollars à Adaptimmune pour mettre fin à deux programmes de thérapie cellulaire, dont l’un comprenait lete-cel, un actif qu’Adaptimmune considérait autrefois comme sa principale thérapie cellulaire.

En novembre, Adaptimmune a également supprimé deux programmes internes, Gavo-cel et TC-510. La société a déclaré qu’après avoir examiné les données de sécurité et d’efficacité des deux candidats, elle ne voyait « pas de voie à suivre » pour leur développement ultérieur.

La société se concentre désormais sur le lancement d’afami-cel pour le sarcome synovial avancé

Malgré ces revers, Adaptimmune reste concentrée sur le lancement d’afami-cel, un traitement par thérapie cellulaire pour le sarcome synovial avancé, qui a obtenu un examen prioritaire de la FDA et devrait faire l’objet d’une décision d’approbation d’ici le 4 août 2024.

« Nous avons eu une collaboration très précieuse avec notre partenaire Genentech, et nous continuons de croire au potentiel à long terme de notre plateforme allogénique basée sur iPSC », a déclaré Adrian Rawcliffe, PDG d’Adaptimmune. « Au cours des derniers mois, nous nous sommes concentrés résolument sur notre pipeline autologue en phase avancée, en particulier sur notre franchise sur les sarcomes. Nous avons les ressources nécessaires pour commercialiser Afami-Cel comme prévu, et j’ai hâte de faire le point sur les progrès réalisés.

La décision de Genentech de mettre fin à l’accord avec Adaptimmune soulève plusieurs questions sur l’avenir de la thérapie cellulaire allogénique, une approche thérapeutique prometteuse mais qui n’a pas encore connu le même succès commercial que la thérapie cellulaire autologue.

Une technologie complexe et des défis de fabrication

La thérapie cellulaire allogénique implique la création de thérapies à base de lymphocytes T « prêtes à l’emploi » pouvant être administrées à plusieurs patients. Cela pose des défis de fabrication complexes et peut expliquer les difficultés rencontrées par Adaptimmune pour faire avancer son programme avec Genentech.

Un paysage concurrentiel et des incertitudes réglementaires

Le domaine de la thérapie cellulaire est très concurrentiel, avec de nombreuses entreprises développant des approches similaires. De plus, les exigences réglementaires pour la thérapie cellulaire allogénique restent en évolution, ce qui peut créer de l’incertitude pour les développeurs de médicaments.

Focus de Genentech sur les thérapies CAR-T autologues

Il est possible que Genentech ait décidé de se concentrer davantage sur ses thérapies CAR-T autologues existantes, telles que Yescarta, qui ont déjà connu un succès commercial. Ces thérapies, bien que plus complexes à administrer, ont démontré leur efficacité dans certains cancers du sang.

L’avenir d’Adaptimmune

Pour Adaptimmune, la résiliation de l’accord Genentech est un coup dur, mais la société reste optimiste quant à l’avenir d’afami-cel et de son pipeline de thérapies cellulaires autologues ciblant les sarcomes. La décision d’approbation de la FDA pour afami-cel prévue en août 2024 sera un moment clé pour Adaptimmune.

Si afami-cel est approuvé, cela pourrait redonner confiance aux investisseurs et permettre à Adaptimmune de lever des fonds supplémentaires pour faire avancer son pipeline. En revanche, un rejet de la FDA pourrait être dévastateur pour la société.

La décision de Genentech de mettre fin à son accord avec Adaptimmune est un revers pour le domaine de la thérapie cellulaire allogénique. Cependant, il est encore trop tôt pour dire si cela marque un ralentissement général de ce domaine prometteur.

Le succès d’afami-cel d’Adaptimmune et d’autres thérapies allogéniques en développement jouera un rôle important dans la détermination de l’avenir de cette approche thérapeutique.

Bouton retour en haut de la page