Un mécanisme clé contrôlant les cellules souches hématopoïétiques ouvre la voie à de nouvelles thérapies

Cette étude pionnière représente une avancée majeure dans la compréhension de la biologie des cellules souches hématopoïétiques

Des chercheurs du King’s College London’s Comprehensive Cancer Centre ont découvert un mécanisme crucial régissant le fonctionnement des cellules souches hématopoïétiques (CSH) de la moelle osseuse. Cette découverte prometteuse ouvre la porte à de nouvelles approches thérapeutiques pour le traitement de diverses pathologies.

Hoxa9 et b-caténine : un duo orchestrant l’équilibre entre quiescence et prolifération des CSH

L’étude met en lumière le rôle crucial de deux molécules, Hoxa9 et b-caténine, dans le contrôle du cycle d’activité des CSH. Ce duo dynamique orchestre l’alternance entre la quiescence, phase de repos et de régénération, et la prolifération, phase de division et de différenciation en cellules sanguines matures.

CSH quiescentes : une population rare aux implications majeures

Grâce à ce mécanisme de régulation, une population rare de CSH auto-renouvelables est préservée dans la moelle osseuse. Ces cellules quiescentes, protégées des stress environnementaux, constituent un réservoir précieux pour la reconstitution du système sanguin en cas de besoin.

Le cycle quiescence-prolifération des CSH est particulièrement crucial dans le contexte de la greffe de moelle osseuse, une procédure vitale pour le traitement de nombreuses maladies, dont le cancer. La compréhension fine de ce mécanisme permettra d’améliorer l’efficacité des greffes et de lutter contre les cellules souches cancéreuses responsables des rechutes.

PRMT1 : une nouvelle cible thérapeutique prometteuse

L’étude identifie également l’enzyme PRMT1 comme un médiateur essentiel des fonctions de Hoxa9 et b-caténine. Cette découverte ouvre la voie à l’exploration de PRMT1 comme cible thérapeutique pour le développement de traitements innovants ciblant les CSH.

Vers des thérapies à base de cellules souches plus efficaces

Le professeur Eric So, auteur principal de l’étude, souligne l’importance de ces découvertes pour l’avenir de la médecine : « En décodant les mécanismes qui contrôlent les cellules souches hématopoïétiques, nous ouvrons la voie à des thérapies plus efficaces pour une variété de maladies. L’identification de nouvelles cibles thérapeutiques, comme PRMT1, offre un immense potentiel pour le développement de traitements novateurs à base de cellules souches. »

Cette étude pionnière représente une avancée majeure dans la compréhension de la biologie des cellules souches hématopoïétiques et ouvre des perspectives prometteuses pour le développement de thérapies plus efficaces dans le domaine de la santé.

Bouton retour en haut de la page