Roche affûte son pipeline : 20% des nouvelles molécules éliminées, des candidats au cancer abandonnés

Ces décisions font partie d'une stratégie plus large visant à optimiser les ressources de l'entreprise et à concentrer ses efforts sur les projets les plus prometteurs.

Au cours du premier trimestre, Roche a entrepris une révision de son pipeline de médicaments, marquant ainsi un recentrage stratégique significatif dans ses activités de recherche et développement. Cette révision a conduit à la suppression de plusieurs candidats médicamenteux, dont certains étaient en phase précoce de développement. Ces décisions font partie d’une stratégie plus large visant à optimiser les ressources de l’entreprise et à concentrer ses efforts sur les projets les plus prometteurs.

Le belvarafénib et le RG6286 quittent la course

Le belvarafénib, un inhibiteur oral de la kinase RAF, et le RG6286, un anticorps bispécifique ciblant le cancer colorectal, ont été retirés du pipeline de Roche. Le belvarafénib était en cours d’évaluation dans le cadre de deux études cliniques sur divers cancers, tandis que le RG6286 était en phase 1 de développement pour le traitement du cancer colorectal.

Roche a réorganisé ses programmes en trois catégories distinctes : les perspectives très prometteuses à accélérer, les actifs nécessitant davantage de données pour évaluer leur priorité, et ceux qui ne justifient pas d’investissements supplémentaires en raison de leur faible potentiel de succès. Cette approche permet à Roche de concentrer ses efforts sur les projets les plus susceptibles de réussir, tout en minimisant les risques associés à la recherche et au développement de nouveaux médicaments, alors qu’il y a quelques semaines Roche retirait plusieurs candidats en développement dans le domaine de la neurologie et de l’oncologie

Thomas Schinecker, PDG de Roche, a souligné la nécessité de concentrer les ressources sur les projets les plus prometteurs. Cette approche implique l’identification des candidats médicamenteux présentant le plus fort potentiel clinique et commercial, tout en abandonnant ceux dont la probabilité de succès est jugée faible. Cette stratégie permet à Roche de libérer des liquidités pour investir dans les projets les plus prometteurs, offrant ainsi un meilleur retour sur investissement pour l’entreprise et ses actionnaires.

Stabilisation du pipeline attendue

Schinecker a indiqué que les changements se poursuivraient au deuxième trimestre, mais que le pipeline devrait se stabiliser par la suite.

Outre le belvarafénib et le RG6286, Roche a également confirmé le retrait du camonsertib (RG6526) de la phase 1. Le fabricant de médicaments suisse a cédé les droits sur ce médicament synthétique létal à Repare Therapeutics en février 2024.

La restructuration du pipeline de Roche met en évidence l’engagement de l’entreprise à se concentrer sur les programmes les plus prometteurs et à développer des thérapies innovantes qui répondent aux besoins des patients. Cette approche stratégique devrait permettre à Roche de maximiser ses ressources et d’accélérer la mise sur le marché de nouveaux traitements.

Bouton retour en haut de la page